dimanche, octobre 2, 2022

Musiques du monde, écologie

Notre webradio diffuse des musiques des sept continents ainsi que des Infos sur les problématiques environnementales et sociales. Cinq fois par jour, retrouvez le journal de RFI et toute la journée les émissions de nos journalistes et chroniqueurs qui œuvrent à la prise de conscience écologique.

Massacre à la tronçonneuse avec l’aval d’écologistes (Partenariat POUR)

Notre correspondant à Bruxelles, Pierre Guelff, au cœur d’un massacre forestier (Photo Marie-Paule Peuteman).

Les Français qui empruntent le périphérique sud-est pour entrer dans la capitale de l’Europe, ou en sortir, connaissent bien deux endroits boisés que sont la Forêt de Soignes et le Parc de Woluwe. Pour la première, cataloguée de « poumon vert de Bruxelles », il s’agit de 5.000 hectares composés d’hêtres à 80%, donc un autre surnom avec « hêtraie cathédrale ».

Quant au parc, il s’étend sur près de 70 hectares, le site fut classé en 1972, et on y dénombre 180 essences différentes, dont des arbres remarquables.

Tous deux sont le refuge naturel de multiples oiseaux, mais aussi de lapins, chevreuils, écureuils, cygnes, canards, hérons…

Eh bien, ces sites remarquables sont la proie d’un business sans aucune éthique, principalement avec la Chine, sous forme d’hécatombe de milliers d’arbres coupés, même avec l’aval d’élus écologistes, telle Caroline Lhoir, première échevine à Woluwe-Saint-Pierre.

Ces coupes massives, au nom de prétendues régularisations de l’espace boisé, s’opèrent même en pleine période de nidification, c’est-à-dire du printemps à la mi-août, donc de reproduction.

Pareille entreprise c’est assurément la mort de couvées, nichées, portées, bref, du business sans le moindre remords.

Bien entendu, cette opération de massacre écologique se déroulera encore sans le moindre problème puisque, à part quelques citoyens choqués et sensibles à l’environnement qui réagissent en conséquence, les gens constatent, certains grommèlent, et puis enfouissent la tête dans le sable…

Alors, si le cœur vous en dit, ne fut-ce que par solidarité, n’hésitez pas à propager la présente chronique.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici