vendredi, avril 19, 2024

Exclusif : Olivier Vandecasteele, otage torturé depuis plus de quatre cents jours (Partenariat POUR)

Cela fait plus de quatre cents jours qu’Olivier Vandecasteele, travailleur humanitaire, est privé de liberté. Il vit enfermé dans une geôle iranienne à l’isolement complet, sans mobilier, sans lit, avec un éclairage permanent, cadenassé par un régime dictatorial implacable qui le condamna à quarante années de prison, soixante-quatorze coups de fouet, à une amende d’un million de dollars pour, je cite « espionnage contre la République islamique d’Iran au profit d’un service de renseignement étranger ».

À vrai dire, cet humaniste est l’objet de tractations dans le cadre d’un échange avec Assadolah Assadj, emprisonné à Anvers au titre de, je cite à nouveau, « projet d’un attentat contre une organisation de résistance iranienne au régime actuel en place en Iran ».

Amélie Nothomb soutien l’action en faveur de la libération d’Olivier Vandecasteele

Dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles, plus spécifiquement au stand du Centre d’Action Laïque et de la Fédération des Amis de la Morale Laïque, le comité de soutien au détenu et les proches de celui-ci ont à nouveau sensibilisé le public sur cette détention arbitraire et inhumaine.

Fréquence Terre les a rencontrés afin de mettre le public français au courant de cette situation particulièrement inquiétante…

Présente à cette Foire du Livre, Amélie Nothomb m’assura de son soutien à cette cause, puis Paola Bermeo, juriste à Amnesty International évoqua à mon micro l’action menée et l’impact de celle-ci, avant que, dans un long entretien, Joris Brabant, nous évoque le drame vécu par son beau-frère dans la cave iranienne.

Paola Bermeo, juriste à Amnesty International au micro de Fréquence Terre-RFI.
  • Paola Bermeo (extraits) : « Nous avons un cas qui nous touche effectivement particulièrement, celui d’Olivier Vandecasteele, emprisonné injustement en Iran à la suite d’un procès qui n’a pas respecté les normes internationales.

Nous souhaitons sa libération immédiate et nous avons une pétition en ce sens. Elle a battu tous les records avec quelque 3% de la population qui l’a déjà signée.

C’est un moyen de pression auprès des politiques : « Vous n’aurez pas ces voix si vous ne respectez pas vos engagements de faire libérer Olivier ! C’est la volonté du peuple… »

Pour les auditeurs français, ils peuvent taper sur Google : amnesty.be et la signer de cette manière.

Plus nous sens, mieux cela sera pris en considération, car c’est un cas pour l’humanité tout entière. »

Poignant témoignage d’un proche de l’otage torturé.
  • Joris Brabant, famille du détenu (extraits) : « Les conditions d’Olivier sont malheureusement les mêmes depuis quatre cents jours : il est toujours en isolement complet dans une cave, sans lumière du jour, dénutri, il a perdu de 27 à 28 kilos, il ne parle à personne et il ne voit personne, il n’a aucun contact avec la société, cela s’est limité à cinq coups de fil avec la famille sur les quatre cents jours et à six visites consulaires.

Nous plaidons pour une amélioration à minima de ses conditions de détention, une rupture de cet isolement car il n’en peut plus psychologiquement et il est au bout du rouleau.

Il réclame une table et une chaise car, même si la nourriture est mauvaise, au moins de ne pas manger par terre sur le béton brut.

Il connait la mobilisation à son égard depuis le dernier Noël, il sait que plus de cent quarante communes belges le soutiennent par des motions, par des calicots sur les bâtiments officiels, des pétitions, des diffusions sur l’intranet, de l’affichage…

Sa situation au niveau négociations est complexe : une loi a été votée le 21 juillet 2022, la Cour constitutionnelle ne s’y est pas opposée mais elle l’a gelée dans un premier temps pour discuter sur le fond, puis ce 4 mars 2023, le feu vert a été donné… mais ce n’est pas pour ça qu’Olivier revient !

Les négociations s’opèrent pour ce transfert entre un prisonnier iranien en Belgique et Olivier, qui est dans cette cave en tarin de survivre.

Tout doit être mis en œuvre pour accélérer les choses, on y travaille jours et nuits depuis quatre cents jours !

La mobilisation sur laquelle Olivier compte aussi passe par une pétition.

Il a été reconnu « otage torturé » par Amnesty International et nous avons des signataires belges, bien sûr, mais également Français, Canadiens, d’Amérique du Sud, d’Afrique centrale…

À ce sujet, on pense aussi aux autres ressortissants prisonniers, une bonne vingtaine d’Européens.

(…) Le droit humain est souvent bafoué dans de nombreux pays, mais la mobilisation nous rassure sur cette volonté de partage, de défense de la vie et de la liberté.

Des gens trouvent que c’est insupportable et que le droit à la vie est un droit essentiel. Nos autorités se doivent de le défendre !

(…) Il y a deux cibles pour une pétition : les geôliers et nos responsables.

J’ai rencontré une dame qui me dit que, à ces gens qui ne respectent par les droits humains, ni les négociations, pas davantage la vie, au lieu de les critiquer, d’être violents ou virulents à leur égard, on devrait leur envoyer de l’amour, leur faire comprendre que els choses peuvent mieux se passer, qu’il faut peut-être les aider à comprendre qu’il y a d’autres valeurs que celles de la puissance et du non-respect des valeurs humaines.

Pour nous, l’urgence est avant tout de ramener Olivier vivant puis il y aura la reconstruction et la conscientisation.

 

Merci à Jordan Vincent et à la FAML et au Centre d’Action Laïque pour leur mobilisation.

Photos : D.R et P.Gf.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.