« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Comment voulez-vous aimer les autres si vous ne vous aimez pas vous-même ? Comment donner aux autres ce que l’on se refuse à soi-même ?

Bien entendu, certains esprits chagrins, ou mal informés, pourraient avancer une propension à l’égoïsme que de s’aimer soi-même, voire du narcissisme, en répondant à ce qui, pour Pierre Pradervand, auteur de l’ouvrage « Apprendre à s’aimer » édité chez Jouvence, s’apparente au problème psychologique numéro un de notre société.

Durant moins d’une centaine de pages, ce sociologue, écrivain, consultant et formateur, pose de simples questions et y apporte de simples – pas simplistes ! – réponses qui, selon lui, donnent la « clé d’une vie épanouie ».

Certes, il y a quelques développements dans ses réponses et, même, une bonne nouvelle : « Chacun de nous possède déjà en lui-même une capacité illimitée à aimer et à s’aimer ! »

Question fondamentale : « Qu’est-ce que l’amour ? »

Aimer, c’est vouloir le vrai bien de l’autre et de soi-même. Par autre, ce n’est pas seulement un proche, mon prochain, mais tout être animé et même inanimé, y compris notre planète Terre sans laquelle nous aurions quelque peine à survivre, clame l’auteur.

Sur ce dernier point, parmi d’autres, « Fréquence Terre » ne peut que marquer son accord !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici