« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Après « Le petit livre des arbres » dont il a été question dans cette rubrique, voici celui consacré aux « Expressions familières » écrit par Dominique Foufelle aux Éditions du Chêne.

Formes langagières, imagées, étranges, elles font partie du patrimoine de la langue et, ne tournons pas autour du pot, c’est le cas de le dire, certaines font référence à des croyances oubliées, voire rejetées par les ultra-rationalistes, citons à ce propos « faire la pluie et le beau temps ».

Voici, donc, dans un ouvrage illustré d’images explicites quelque quatre-vingts expressions allant « d’avoir du foin dans ses bottes » (une personne pauvre qui devient riche) à « vider son sac » (dire ce que l’on a sur le cœur), en passant par « broyer du noir » (être déprimé), « mettre les pieds dans le plat » (aborder une question délicate), « taper dans l’œil » (plaire), « tomber des nues » (être extrêmement surpris) ou « tondre un œuf » (être très avare) !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici