samedi, juin 15, 2024

Réparons la terre de Wangari Maathai (Éd… H… d’Ormesson)

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

« Réutilisons, réduisons et recyclons », tel fut, en somme, le diagnostic porté par Wangari Maathai dans son ouvrage « Réparons la terre » paru en anglais en 2010 et, à présent, disponible en français aux Éditions Héloïse d’Ormesson.

« Si nous ne décidons pas d’enclencher ce processus de guérison, la planète pourrait à son tour ne plus prendre soin de nous », avait très justement prédit le Prix Nobel de la Paix 2004, militante féministe, pacifiste et écologique, autrement appelée « La femme arbre ».

Son discours s’est très souvent articulé autour d’un même concept : « La conservation des ressources naturelles et la paix vont de pair. »

De plus, elle n’a jamais établi de distinction entre des activités qualifiées de « spirituelles » et celles dites « laïques ».

Elle s’en expliqua :

« J’ai fini par reconnaître que nos efforts ne consistaient pas seulement à planter des arbres, mais aussi à semer des graines d’une autre espèce. »

Lesquelles ?

La réponse se fit nuancée, pour ne choquer personne :

« Celles-là même qui sont indispensables si l’on veut réparer les blessures infligées aux communautés que l’on a dépouillées de leur confiance en elles et de leur savoir. »

Décédée il y a un an, son combat se poursuit dans les quatre valeurs fondamentales du Mouvement de la Ceinture verte :

1. Amour de l’environnement.

2. Reconnaissance et respect des ressources de la terre.

3. Autonomisation et perfectionnement.

4. Esprit de service et d’entraide.

Le texte est à la fois militant et humaniste, ce qui n’est pas incompatible, bien sûr !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.