vendredi, octobre 7, 2022

Musiques du monde, écologie

Notre webradio diffuse des musiques des sept continents ainsi que des Infos sur les problématiques environnementales et sociales. Cinq fois par jour, retrouvez le journal de RFI et toute la journée les émissions de nos journalistes et chroniqueurs qui œuvrent à la prise de conscience écologique.

Leçons de vie (1) Kübler-Ross et Kessler (JC Lattès et Pocket)

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

« Chacun de nous a un Gandhi et un Hitler en lui. Il s’agit bien sûr d’une image » écrit Elisabeth Kübler-Ross dans « Leçons de vie », un livre paru en 2002 chez Jean-Claude Lattès et chez Pocket en 2004 et qu’il n’est pas vain de lire ou de feuilleter à nouveau.

Alors, qu’en est-il de Gandhi et d’Hitler ? Le premier s’intéresse au meilleur de nous-même, le deuxième se rapporte au pire.

« C’est en nous confrontant à nos faiblesses, en nous débarrassant de notre négativité, en découvrant le meilleur de nous-même et d’autrui que nous pouvons apprendre de la vie et de ses difficultés. »

Au programme de cet ouvrage, quatorze leçons, celles qui nous mettent aux prises avec l’authenticité, l’amour, la relation à l’autre, le deuil, le pouvoir, la culpabilité, le temps, la peur, la colère, le jeu, la patience, le lâcher-prise, le pardon et le bonheur.

Mais, car il y a un « mais », il y a une dernière leçon : c’est celle de profiter pleinement de chaque jour.

« Dès maintenant ! » préconise-t-on dans le livre.

Assurément, c’est peut-être, parfois, la leçon la plus difficile à apprendre comme nous le découvrirons dans la prochaine chronique de « Littérature sans Frontières ».

En attendant, voici quelques propos au sujet de l’authenticité :

« Au cours de notre vie, nous interprétons de nombreux rôles (époux, père, mère, patron, gentil, révolté, etc.), mais il est rare que nous nous interrogions sur ce qu’ils cachent. Ceux-ci ne sont pas nécessairement négatifs et peuvent être utiles dans des situations délicates. Notre tâche consiste à trouver ceux qui nous conviennent et à éliminer les autres. C’est un peu comme lorsqu’on épluche un oignon, et cela peut aussi susciter quelques larmes. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici