« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

La couleur a une fonction fondamentale, parfois surprenante.

Prenons deux exemples contemporains bien concrets : le vert pâle est considéré comme « doux » dans le monde médical, d’où cette couleur habillant les chirurgiens et qui aurait un impact moins angoissant des patients à leur égard ; puis, prenons le rouge flamboyant placé à des endroits déterminés d’une grande surface afin de mieux attirer l’attention du potentiel client.

Dans le « Dictionnaire de la Symbolique des couleurs » de Georges Lanoë-Villène publié aux Editions « Maison de Vie », l’étude est ancienne et fait appel à la mythologie, à la tradition, aux croyances diverses… et nous propose une palette des couleurs essentielles : blanc, bleu, jaune, noir, rouge et vert.

Egalement, d’autres couleurs qui ont une valeur symbolique indéniable : le violet de l’Eglise catholique, le pourpre héraldique, l’orange de la Maison de Nassau…

En d’autres termes, cet ouvrage permet de déchiffrer un langage d’une très grande richesse. Richesse colorée, comme il se doit.

Pierre Guelff.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici