« sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Patrick, séminariste irlandais, tombe follement amoureux de Bridget, chanteuse dans la chorale paroissiale.

Ils prennent la fuite en France, plus particulièrement en Vendée, pour échapper aux représailles familiales et publiques.

Oliver, qui deviendra Olivier, est leur unique enfant.

Mais, à la suite d’une tempête dévastatrice, Patrick décède et Bridget et Olivier vont habiter à La Motte, imposante demeure de riches qui les ont accueillis grâce à Marie, une écolière attentionnée à l’encontre du jeune « rouquin » dit « L’Etranger ». Leur amitié va aller en s’agrandissant, Olivier restant traumatisé par la mort de son père, Marie par celle, tout aussi tragique, de sa mère.

Le jeune homme décide de visiter l’Irlande de ses parents et il y rencontre Helen : « Le bon et le mal ne pouvaient-ils jamais aller l’un sans l’autre ? » interroge l’auteur.

Dans cet ouvrage, Yves Viollier, membre de la célèbre Ecole de Brive des auteurs dits de « terroir », touche de manière très sensible à l’âme humaine.

Ce qui n’empêche pas, que du contraire !, de brosser des tableaux d’une rare méticulosité des sociétés vendéennes et irlandaises, tout en réservant au lecteur une fin d’histoire aussi inattendue que grandiose.

Pierre Guelff.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici