jeudi, mai 30, 2024

Je viendrai ce soir à neuf heures… de Willy Deweert (Éditions Mols)

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Étrange, vraiment étrange, que ce nouveau roman de Willy Deweert, « Je viendrai ce soir à neuf heures… » paru aux Éditions Mols. Cette fois-ci, l’un des fers de lance du thriller mystique entraîne le lecteur au Sénégal dans les traces d’un célèbre auteur français qui quitte Paris juste avant de recevoir un prix littéraire d’envergure. « Voilà un écrivain qui réalise le rêve de tous les autres et qui tire sa révérence au dernier moment. Pourquoi ? » Le suspense rebondit de chapitre en chapitre et, bien entendu, il n’est pas question de dévoiler son terme. En revanche, j’ai relevé quelques citations qui sortent de l’ordinaire :

« Se confesser ? C’est trop facile de s’adresser à Dieu et non à tous ceux auxquels on a nui. »

« Les prix littéraires ressemblent à des matches de foot truqués. Un arrangement entre petits copains. »

« La vie est un roman. Il suffit de glaner les soupirs qui s’échappent du cœur des êtres humains. Chacun d’eux est porteur d’une histoire. »

« Tu n’as aucun talent, en fait. Comment es-tu arrivé malgré tout à te faire publier et à progresser jusqu’au Goncourt ? » Réponse : « À force de m’exercer, de plagier, d’imiter… »

« Il en va ainsi dans tous les domaines de la vie : il y a le charlatan, il y a l’honnête homme. Il n’est pas toujours aisé de les distinguer. »

«  Pour un éditeur opportuniste, un navet en vitrine est préférable à un chef-d’œuvre en rayon. »

« Si intelligent, si puissant soit-il, un amoureux transi est toujours vulnérable. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.