« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 Quelle formidable saga corrézienne que ce « Secret des Chênes » écrit avec finesse et humanisme par Sylvie Anne (« Pocket ») ! L’histoire se déroule à la veille du XXe siècle au cœur de la tonnellerie dirigée par le maître Martial Pérol, grand artisan mais homme redoutable au niveau des relations humaines. Il est même détesté par ses collègues, au village, par son fils, qu’il humilie. Il veut tout diriger, à sa guise. Il marie sa jolie fille, Mathilde, à un négociant en vins ; celui-ci préfère les filles de joie et les jeux d’argent. Elle retourne chez son père, tombe amoureuse d’Antoine, un compagnon du travail engagé à la tonnellerie. Un homme aussi bizarre que Martial Pérol, en somme.

Mathilde est enceinte. Qui est le père ? Le redoutable maître se sent à présent rejeté par tout son entourage. L’enfant qui va naître pourra-t-il lui succéder à l’atelier ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

15 + 16 =