« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

 « L’Évangile perdu » d’Herbert Krosney aux « Éditions J’ai Lu » évoque la fameuse énigme consacrée à Judas dans l’Église catholique et, je le pense, parmi le public. En effet, qui ne connaît pas l’expression : « Faux ou traître comme Judas » ?

Cependant, depuis quelques années, ceci est sérieusement remis en question, au point qu’une Commission présidée par un archevêque traite du sujet au Vatican.

Ira-t-on jusqu’à la réhabilitation de l’un des hommes les plus haïs de l’Histoire ?

L’« Évangile de Judas », document retrouvé dans une grotte du désert égyptien il y a une quarantaine d’années, aurait tendance à émettre la considération suivante : « Judas n’aurait pas trahi Jésus, et il n’aurait fait que ce Jésus lui demandait de faire. »

À savoir ?

Que Jésus aurait lui-même imaginé la Passion en demandant à Judas de le trahir et de le livrer « pour qu’il soit exécuté afin de libérer son âme de la prison de son corps et d’accomplir sa destinée. »

Gageons que cette thèse est particulièrement suivie dans les Églises !

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

seize + 20 =