Part-Editions« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Formidable titre avec « Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes », un extraordinaire roman en forme de contes d’Olivier Bleys (Albin Michel).

C’est l’histoire d’une famille chinoise composée de cinq personnes, qui vit dans la précarité au milieu d’usines désaffectées et d’entrepôts à l’abandon. Le père, Wei, ancien ouvrier jeté au chômage, poursuit un rêve : celui de devenir propriétaire de la masure, afin d’honorer un serment fait à ses parents qui reposent pour l’éternité sous un arbre à laque planté il y a de nombreuses décennies. Avec des économies réalisées sur de maigres revenus, il réunit l’argent nécessaire pour réaliser son rêve, mais un immense projet minier menace Wei et les siens d’expulsion. L’arbre sacré serait également sacrifié dans cette Chine capitaliste qui ne transige pas sur la question.

9782226318152mTout l’art de l’auteur est de nous faire aimer cet arbre et, à travers lui, le combat d’un homme. Une symbiose hautement symbolique qui, dans un monde en décadence, est une véritable bouffée d’air frais et un indiscutable message d’espoir : celui de ne pas se résigner et de combattre pour une cause juste.

Mais, l’arbre, malgré ses carences, portera-t-il encore des « fruits » ?

Un parent de Wei ne lui avait-il pas déclaré : « Tu veux couper l’arbre qui pleure… Méfie-toi qu’un jour, quelqu’un ne s’avise de te trancher la tête ! Bien des gens sont d’avis que nous encombrons la planète… Rappelle-toi, que les pauvres ne servent à rien ! »

Wei ne coupa pas l’arbre et la masure devint une « maison-clou », c’est-à-dire une maison plantée au milieu des travaux dont le propriétaire refuse de s’en aller. Jusqu’au moment d’un « miracle »…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici