PGF avril 2015 - Copie (3) copie« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

« Le grade de Maître » et « La corde rituelle » de Percy John Harvey, deux titres pour un auteur se retrouvant simultanément à MdV Éditeur et aux Éditions Cépaduès et de Midi, c’est dire sa renommée ! Ajouter pour cette rubrique, « Les cinq voyages du Compagnon» de Laurent Bertrand à MdV, et vous aurez fait le plein de symbolisme pour quelques semaines.

 FM1. « Le grade de Maître » : selon l’éditeur, il y aurait quelque vingt mille ouvrages en français et en anglais traitant de la franc-maçonnerie. Un monde mystérieux, mal perçu parfois, mal connu souvent. Alors, dans cet imposant ouvrage de plus de 300 pages, ce sont principalement par des photos et des dessins que ce grade est présenté. Une iconographie sacrée, à ses yeux.

 FM2. « Les cinq voyages du Compagnon » : « Le Compagnon, fils de la Lumière en quête de Vérité » a choisi une certaine voie initiatique qui lui sert à « prendre conscience de sa réalité intérieure, pour mieux la faire vivre. » Pour ce faire, il voyage, aussi, de manière symbolique…

FM3bis
La corde égyptienne était maniée par le Maître d’Œuvre.

  . « La corde rituelle » : une corde, c’est ce qui sert à attacher. « De tout temps, l’homme a eu besoin de lier, d’attacher, d’assembler. À ces fins, depuis la préhistoire, toutes les civilisations ont confectionné et utilisé des cordes ou des fils. » Mais, une corde sans nœud est à peu près inutile.  En symbolique, elle a même des significations particulièrement précises qu’elle soit nouée, lacée, fait partie d’entrelacs qui s’entrecroisent ou s’enchevêtrent.

FM1bis
Trois anciens Grands Maîtres : Salomon, Hiram de Tyr et Hiram Abif.

FM3

tout-ce-qui-parle-728x90

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici