« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

D’emblée, le roman les « Maîtres du monde » de Victor Cohen Hadria (Albin Michel), le décor est planté  et on sait que l’on sera aux prises, le terme est choisi, avec un ouvrage hors du commun : « Trieste a été grecque, romaine, byzantine, vénitienne, autrichienne, italienne, fasciste, communiste, démocrate-chrétienne, mais aucun de ses maîtres passagers n’a saisi ce qui s’y trame vraiment… »

Qui sont ces maîtres du monde ? De quel monde s’agit-il ? Qui sont ces personnages étranges, énigmatiques, qui vont et viennent au fil des 350 pages de ce roman étonnant ?

Des vieillards ? Ceux qui accueillirent un certain Élio, amnésique ayant débarqué de Zurich à la gare de la ville mythique ? De Fortunato Zembalone, thérapeute à la recherche de l’inconscient qu’il considère comme un « malfaiteur en fuite » ? Psychiatrie et acupuncture sont testées durant des mois et des mois sur ses patients. Il a décrété qu’Élio souffrait d’une amnésie d’identité, un cas rarissime mais réversible. Un Élio qui ne sait plus qui il est, d’où il vient, qui sont ses parents, ses éventuels enfants ou ses amours. Pourtant, il a été un authentique inventeur, un génie !

Le thérapeute déclare : « De tous les tourments qui assaillent les mortels, le pire est de s’égarer sur la route de ses origines. »

Qu’en pense Élio ? Du moins, peut-il encore penser ?

Avec les « Maîtres du monde », à chaque page se trouve une question, à chaque page le lecteur va de surprise en étonnement.
Tenez ! Je vous livre une partie du programme élaboré par le thérapeute : « Restituer le déséquilibre à la société et la sociabilité à la folie, car la souffrance de l’un est le problème de tous. »

Son but, son rêve, son obsession est d’être propulsé au pinacle des associations analytiques pour être renommé à travers les siècles et, de la sorte, « élaborer le Grand Œuvre symbolique dont rêvent tous les adeptes de la Vérité. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

5 + 14 =