« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

Beaucoup de personnes ont encore en mémoire le célèbre « Da Vinci Code » de Dan Brown, ouvrage vendu à 86 millions d’exemplaires. Livre qui suscita parfois des réactions outrées et critiques acerbes. Présenté comme un « roman » avec la spécificité que, dès la première page, l’auteur faisait état d’une mise au point qui s’avéra fallacieuse sur divers éléments : « Toutes les descriptions de monuments, d’œuvres d’art, de documents et de rituels secrets sont avérées », d’autres écrits de cet auteur – au succès planétaire, reconnaissons-le – firent aussi état de « complots mondiaux » (ceux perpétrés par des juifs, francs-maçons, ésotéristes…), théorie chère à différents dignitaires nazis, entre autres.

Salon littéraire.

Le Salon du livre « Masonica 2017 » (Bruxelles) regroupait une quarantaine d’auteurs et c’était l’occasion pour « Fréquence Terre » d’aborder ce sujet qui, à l’heure actuelle, dépasse la notion d’œuvre littéraire pour devenir un véritable thème de propagande antidémocratique.

Trois questions bien précises ont été posées à des deux auteurs :

  Notre société actuelle est traversée par des attaques, parfois virulentes, d’adeptes de la théorie du complot et un retour à des politiques totalitaristes, de quelle manière, en tant qu’auteur, pouvez-vous contrecarrer ces situations alarmantes pour la Démocratie ?

Que j’évoque des violences, parfois meurtrières, n’avez-vous pas des craintes que, vous et vos semblables humanistes, deveniez des victimes de premier plan de cette intolérance sociétale qui prend de l’ampleur ?

– Une citation, une réflexion, en guise de conclusion ?

Philippe Liénard au micro de “Fréquence Terre”.
Pierre Klees répond aux questions de notre chroniqueur

Dans le podcast ci-dessous, on retrouve les réponses de Philippe Liénard, 54 ans, juriste, auteur (Éd. Jourdan) et conférencier, qui est un écrivain « engagé » et Pierre Klees, 83 ans, ingénieur électro-mécanicien de formation, auteur (Éd. De l’Avant-Propos) qui, selon lui, s’adresse « aux femmes et aux hommes, athées, croyants ou agnostiques qui travaillent à l’émancipation humaine ».

Pour conclure cette rubrique, il  me plaît à rappeler cette citation d’Antoine de Saint-Exupery : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. »

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

7 + cinq =