sans Frontières” est une chronique de Pierre Guelff en partenariat avec le magazine POUR (écrire la liberté).

Dans les deux précédentes chroniques consacrée à l’essai « Les robots vont-ils remplacer les journalistes ? » de Damien Desbordes (Éditions Plein Jour), l’attention a été attirée sur le danger majeur que représente l’intelligence artificielle et son prolongement ou complément du robot à écrire. Outre la perte de l’emploi de journaliste, il existe une réelle menace pour la démocratie par manque de contrôle éthique

Poursuivons la lecture de cet ouvrage qui ne relève pas du tout de la science fiction, en soulignant ce propos de l’auteur au sujet de l’industrie de la data : « Les informations ne sont pas un marché, elles sont le marché ! » La nuance est d’importance et attire également notre attention sur le fait que les multinationales de ce secteur informatique n’ont aucun état d’âme, seul le rendement compte envers et contre toute conscience ou morale.

Et, surtout, ne croyez pas un mot de certaines promesses d’anonymat et de protection de votre vie privée. Une étude vient de démontrer que, par exemple, trois « prétendues banales informations ont permis d’identifier 87% d’Américains en un tournemain » !

Ainsi, des « chapelures de données racontent l’histoire de votre vie, disent ce que vous avez choisi de faire, précisent votre environnement social, votre santé… »

L’Europe commence à réagir face à ce fléau avec le règlement sur la protection des données personnelles, mais n’est-il déjà pas trop tard ? En effet, l’auteur analyse la perspective d’une dictature numérique qui n’aurait même pas besoin de robots à écrire pour faire sa propagande, chaque palier franchi sur l’échelle de l’intelligence artificielle rapprocherait le robot de l’homme.

Et, alors, se pointe à l’horizon des craintes plus que sérieuses : « l’émergence d’une forme de gouvernance algorithmique qui s’apparenterait à la  tyrannie » et « le point de non-retour serait atteint le jour où les intelligences artificielles deviendraient capables de s’auto-améliorer jusqu’à former une super-intelligence. » Ainsi, le règne humain serait arrêté.

Le futurologue de Google, Ray Kurzweil, a annoncé cette échéance pour 2029. Dans une décennie, donc…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici