À l’heure où seuls les éco-sceptiques nient la disparition progressive des abeilles dans maintes régions tant la pollution fait des ravages, voici un ouvrage qui tombe à point puisqu’il traite du Symbolisme de l’abeille (MdV Éditeur) et l’auteur, Thomas Grison, précise que si le lion est considéré comme le roi des animaux, la toute petite abeille suscite depuis toujours l’admiration des amoureux de la nature, des amateurs de miel, mais, également, des poètes et des philosophes.

Ainsi, Pline l’Ancien (23-79) la vénéra pour son miel, la cire qu’elle produit et le modèle de société qu’elle développe dans la ruche. Il écrivit même qu’elle a une morale !

Au XVIIIe siècle, la Franc-Maçonnerie l’adopta comme puissant symbole d’idéal de fraternité, d’entraide et d’organisation d’une Loge où doivent toujours régner concorde et harmonie. Ce qui, dans le fond, ferait tant de bien à la planète !