Victor Hugo, Ceux qui vivent sont ceux qui luttent – Pierre Guelff / Editions F Deville

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous parler aujourd’hui d’un roman, mais d’un très bel essai, Victor Hugo, Ceux qui vivent sont ceux qui luttent, paru aux éditions F Deville.

Avec la participation de trois descendants de l’Immortel, Pierre Guelff nous offre ici un ouvrage richement illustré, dont les droits d’auteur seront intégralement versés à une association de bénévoles venant en aide aux sans domicile fixe.

Et, dès les premières phrases de la préface écrite par l’un des héritiers de Victor Hugo, on peut comprendre cette implication, profondément humaniste, de l’auteur.

Au fil des pages de ce livre, on découvre alors tout ce qui rapproche son auteur et son sujet. En effet, il y sera question de trois piliers se liant les uns aux autres, à savoir l’amour de la Nature, la défense du Peuple et la philosophie humaniste.

Comme le dit Jean Baptiste Hugo : «  Dans notre folie, notre aveuglement et notre arrogance, nous avons cessé de vénérer la Terre et nous commençons à comprendre qu’il est urgent, à présent, de retrouver cette unité sacrée. »

La première partie, et la plus imposante, nous fait voyager des Ardennes à la vallée du Rhin, de la Flandre aux côtes ouest de la France, en passant par les Pyrénées, l’Espagne et le Mont-Saint-Michel.

Au travers d’extraits choisis, l’auteur parvient à nous donner la charmante impression que l’on effectue ce périple en la présence de Victor Hugo lui-même. On voit ce qu’il décrit, on sourit à un certain franc-parler, et on comprend déjà l’unité formée par les trois concepts de ce livre.

Car, outre le côté captivant de ce circuit, il y est question d’une inquiétude certaine face à l’industrialisation de nos contrées, inquiétude pour la Nature mais aussi pour l’Homme.

Dans la deuxième partie, on perçoit alors que Victor Hugo n’a pas toujours fait l’unanimité, sans doute, notamment, à cause d’un revirement politique.

Comme l’explique Pierre Guelff : « […] qui n’avance pas recule, alors, dans une introspection que l’on devine un ardent combat intérieur, il rompit avec cette droite de plus en plus réactionnaire et se tourna franchement et résolument vers le progressisme et les valeurs humanistes, dont la défense du peuple. »

Et Victor Hugo de développer : « Mauvais éloge d’un homme que de dire : son opinion n’a pas varié depuis quarante ans. C’est dire que pour lui il n’y a eu ni expérience […], ni réflexion, ni repli de la pensée sur les faits. Rien n’est absolu dans les choses politiques, excepté la moralité intérieure de ces choses. L’opinion d’un homme peut donc changer honorablement, pourvu que sa conscience ne change pas. »

Le voyage continue encore ici, avec d’autres fragments des correspondances de l’écrivain éternel, montrant son intérêt pour le travail manuel, les ouvriers, les gens pauvres et miséreux.

Il est également préoccupé par la condition de l’Homme – et de la Femme – libre ou prisonnier, par les tortures de toutes sortes, par la peine de mort. Et tout dans ce livre fait encore terriblement écho dans notre monde actuel.

Quoi de plus parlant, pour conclure, que ces extraits du discours d’ouverture de Victor Hugo au Congrès de la Paix : « Les hommes ont commencé par la lutte, comme la création par le chaos. D’où viennent-ils ? De la guerre ; c’est évident. Mais où vont-ils ? À la paix ; cela n’est pas moins évident. Quand vous affirmez ces hautes vérités, il est tout simple que votre affirmation rencontre la négation ; il est tout simple que votre foi rencontre l’incrédulité ; il est tout simple que, dans cette heure de nos troubles et de nos déchirements, l’idée de la paix universelle surprenne et choque presque comme l’apparition de l’impossible et de l’idéal ; il est tout simple que l’on crie à l’utopie […]. »

« L’ère des révolutions se ferme, l’ère des améliorations commence.

Le perfectionnement des peuples quitte la forme violente pour prendre la forme paisible. »

 

Julie Tielemans pour Fréquence Terre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici